Les pratiques de classe

Les pratiques de classe2018-12-03T16:39:27+00:00

Sur la base des questionnaires complétés par les enseignants, il est possible de dresser le tableau des pratiques de classes les plus courantes en Fédération Wallonie-Bruxelles (FW-B) en matière d’enseignement et d’apprentissage de la lecture.

Les enseignants des différents pays participants ont été invités à estimer le temps consacré à la lecture de textes à visées littéraire et informative dans leur classe. Dans le tableau ci-dessous, les pourcentages d’enseignants de FW-B proposant a minima une ou deux fois par semaine chacun des deux grands types de textes sont mis en regard avec les pourcentage d’enseignants des pays de l’UE dont le score est supérieur à celui de la FW-B.

Modalité de réponse : « Au moins une fois par semaine » FW-B UE + Écart
Textes littéraires Courts récits (fables, contes, récits d’aventure, …) 71 79 – 6
Textes romanesques plus longs, divisés en chapitres (romans) 13 45 – 32
Pièce de théâtre 0 4 – 4
Moyenne 28 42 -14
Textes informatifs Livres ou manuels sur divers sujets (non romanesque) 40 71 – 31
Ouvrages informatifs plus longs, divisés en chapitres 6 20 – 14
Articles informatifs décrivant ou expliquant des objets, des gens, des phénomènes ou des évènements (sciences, histoire, géographie) 41 32 + 11
Moyenne 29 41 -12

La proportion d’enseignants de FW-B qui déclarent faire lire aux élèves des textes littéraires (28%) ou informatifs (29%) au moins une fois par semaine apparait moins élevé en moyenne que dans les 22 pays dont le score est supérieur à celui de la FWB (respectivement 42% et 41%). Peu importe le type de texte, en moyenne nos élèves sont moins confrontés à ces types d’écrit que dans les autres pays plus performants que nous.

Lorsque l’on analyse plus finement les pourcentages, on constate que parmi les textes littéraires, c’est surtout la lecture de romans qui différencie les pratiques de FW-B de celles des autres pays plus performants : en FW-B, à peine un élève sur dix a un enseignant qui propose ce type de texte contre presque cinq dans les 22 pays de l’UE dont le score est supérieur au nôtre. De même, les textes informatifs, en FW-B, les livres ou manuels sont exploités par un tiers d’enseignants de moins que dans les pays de l’UE plus performants.

Les pourcentages d’élèves dont les enseignants déclarent mener au moins une fois par semaine chacun des types d’activité de lecture avec leurs élèves sont comparés dans le tableau ci-dessous avec ceux de leurs condisciples de l’UE.

Modalité de réponse : « Au moins une fois par semaine » FW-B UE + Écart
Apprentissage par la pratique Lire à haute voix aux élèves 85 86 – 1
Faire lire les élèves à haute voix 93 95 – 2
Faire lire les élèves en silence, chacun pour soi 96 97 – 1
Apprentissage grâce à l’explicitation Enseigner aux élèves des stratégies de décodage des sons et des mots 40 60 – 20
Enseigner systématiquement du nouveau vocabulaire aux élèves 69 86 – 17
Enseigner aux élèves comment faire des résumés 6 80 – 74
Enseigner aux élèves des stratégies de lecture telles que l’écrémage ou le balayage et en faire la démonstration 13 51 – 38

Modalité de réponse : « Au moins une fois par semaine » FW-B UE + Écart
Du texte vers le lecteur Localiser des informations dans un texte 93 96 – 3
Identifier les idées principales de ce qu’ils ont lu 86 93 – 7
Du lecteur vers le texte Expliquer ou démontrer leur compréhension de ce qu’ils ont lu 87 94 – 7
Comparer ce qu’ils ont lu à leurs propres expériences 42 80 – 38
Comparer ce qu’ils ont lu à d’autres matériels lus précédemment 35 68 – 33
Faire des prévisions sur ce qui va se passer dans le texte qu’ils sont en train de lire 53 72 – 19
Faire des généralisations et des inférences à partir de ce qu’ils ont lu 56 78 – 22
Décrire le style ou la structure du texte qu’ils ont lu 45 59 – 14
Déterminer le point de vue ou l’intention de l’auteur 41 55 – 14

Les pratiques visant à enseigner des stratégies ciblées sur la participation active du lecteur à l’élaboration du sens du texte (du lecteur vers le texte) sont largement plus répandues dans les autres pays de l’UE : en FW-B seuls 42% des enseignants proposent aux élèves de comparer ce qu’ils ont lu à leurs propres expériences et 35% à d’autres matériels lus précédemment contre 80% et 68% dans les autres pays de l’UE.

mi, Sed leo. neque. tristique vel, nec