Matt Kavaler 2018-03-05T10:51:47+00:00

Matt Kavaler

  • Professeur et Directeur du Centre for Reformation and Renaissance – Victoria College, University of Toronto
  • Domaine de recherche : Histoire de l’art, art européen de la Renaissance, Gothique tardif.

Ethan Matt Kavaler, professeur à l’Université de Toronto, est l’un des historiens de l’art les plus influents de notre époque. Né à Berne en 1958, il a accompli ses études à Harvard et à Columbia University, puis a obtenu son PhD à l’Institute of Fine Arts de l’Université de New York. Depuis 1989, il enseigne à l’Université de Toronto, où il dirige aussi le prestigieux Centre for Reformation and Renaissance de la Victoria University. C’est à la charnière entre le Moyen Âge et les Temps modernes qu’E.M. Kavaler consacre ses recherches et ses enseignements. Eminent spécialiste de l’art européen du XVIe siècle, il a non seulement renouvelé le regard porté sur des productions artistiques célèbres de cette période, mais aussi favorisé la redécouverte d’innombrables trésors méconnus. Conjuguant finesse et rigueur intellectuelle, empathie et sens critique, il a su montrer, mieux que quiconque, combien leur étude est source d’enrichissement, car elle permet de sonder l’expérience humaine dans ses facettes les plus diverses.

Dans son abondante bibliographie, on pointera notamment un ouvrage qui a fait date sur Pierre Bruegel l’Ancien, où l’artiste apparaît comme le témoin des réactions suscitées par l’émergence d’une économie capitaliste (Pieter Bruegel, Parables of Order and Enterprise, Cambridge University Press, 1999). On relèvera aussi une série de travaux sur ce qu’E.M. Kavaler a baptisé, non sans une pointe d’humour provocateur, le « gothique de la Renaissance ». Ce concept aux allures d’oxymore invite à reconsidérer l’histoire et la géographie de l’art du XVIe siècle en les affranchissant des cadres traditionnels hérités de l’historiographie italienne ; il conduit à réhabiliter des pans entiers de notre patrimoine disqualifiés par des critères d’appréciation inadaptés. C’est dire qu’il a définitivement modifié notre approche de l’histoire culturelle européenne. Un grand colloque tenu à Paris en 2007, à la suite d’un article où l’auteur exposait pour la première fois ses idées sur la question dans la revue américaine The Art Bulletin, témoigne de son profond impact sur la recherche internationale. Le livre dans lequel E.M. Kavaler a par la suite approfondi et précisé ses réflexions, Renaissance Gothic, Architecture and the Arts in Northern Europe 1470-1540 (Yale University Press, 2012), est d’ores et déjà un classique. Chez nous, il a exercé un effet particulièrement dynamisant sur la recherche en histoire de l’art. En effet, le concept de « gothique de la Renaissance » s’est révélé d’une remarquable efficacité opératoire pour appréhender l’art de nos régions, y compris l’art liégeois, très à l’honneur dans les travaux d’E.M. Kavaler.

Régulièrement présent en Europe en qualité de professeur invité et de conférencier, membre étranger de l’Académie royale d’Archéologie de Belgique, E.M. Kavaler a aussi noué des contacts étroits avec des professeurs et chercheurs de notre université, aves lesquels il collabore régulièrement depuis plusieurs années, par des communications et interventions lors de colloques et des contributions à des publications. Pour nos doctorants, il est non seulement un interlocuteur accessible et attentif, mais aussi une figure de référence qui illustre avec brio les ambitions d’une histoire de l’art universitaire exigeante, pointue, combinant expertise et transversalité. E.M. Kavaler apporte en effet une contribution décisive au redéploiement de cette discipline menacée de défaveur depuis quelques décennies. Ses travaux apparaissent comme les manifestes d’une nouvelle histoire de l’art, vivifiée tant par un retour à ses fondements méthodologiques que par son ouverture aux grands courants actuels de la recherche en sciences humaines.

86d1e72c6f25cad5589fd84e3e35bfdfYYYYYYYY